Le Journal du Recouvrement

Le Journal du Recouvrement

15/03/15 : Quand les entreprises se font crédit, attention au rapport de forces

Dans la rubrique Actualité du crédit

 

CREDIT-ENTREPRISE.jpgLa loi Macron présente un amendement qui permet aux entreprises de se faire crédit. Bonne nouvelle pour les trésoreries. Toutefois, il faut prendre garde à ne pas déclencher une nouvelle forme de dépendance financière. Que prévoit cet amendement et comment ne pas ouvrir la brèche d'une relation commerciale biaisée ?


Cet amendement, voté par l'Assemblée nationale en février, permet à un donneur d'ordre d'accorder un crédit sur deux ans maximum à son fournisseur. L'accord se fait de gré à gré avec, comme condition, que les deux entreprises soient déjà engagées dans une relation commerciale. Le prêt de fonds se moyenne par taux d'intérêt et reste l'apanage des entreprises suffisamment pourvues en trésorerie pour devenir créancier dans l'opération.


Ce crédit interentreprises vient étoffer les solutions pour financer l'économie, à l'heure où les banques ne remplissent plus complètement ce rôle. Ce genre d'initiatives, parmi lesquelles figurent aussi le crowdfunding ou l'affacturage, doivent certainement être encouragées. La diversification des sources de financement permet en effet d’accélérer les flux financiers et de faire baisser mécaniquement les coûts - plus il y a de concurrence sur un marché, plus les prix diminuent.


Attention toutefois à ne pas déséquilibrer le rapport de force en faveur du donneur d’ordre. Les abus peuvent vite arriver : une société peut être tentée de monnayer un crédit à son sous-traitant en échange de conditions tarifaires avantageuses... Existe aussi le risque que ce type de prêt accentue la dépendance d'un fournisseur à l'un de ses clients.


De plus, pour être viable, ce crédit interentreprises doit partir sur un taux bas afin de concurrencer les autres solutions de financement. Une condition pour être adopté par les entreprises d'une part, pour ne pas donner au créancier un moyen de pression sur son fournisseur d'autre part.
Les éclaircissements sur les modalités d'application et l'encadrement de ce type de contrat doivent, espérons-le, sécuriser ce nouveau crédit entre entreprises pour toutes les parties.

 

Philippe Bernis (Direct Recouvrement)

 

En complément sur la loi Macron :
La loi Macron veut imposer aux PME la dématérialisation des factures
Projet de loi sur le recouvrement de petites créances : cherchons l'intérêt...



15/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2341 autres membres