Le Journal du Recouvrement

Le Journal du Recouvrement

Défaillances d’entreprises en 2022, une hausse historique mais attendue et maîtrisée ?

Dans la rubrique Actualité du crédit

 

Graph.PNGLa France enregistre la plus forte hausse des défaillances jamais connue avec 49,9 % d’ouvertures en plus sur un an… mais reste encore en dessous de son niveau d’avant Covid, et 10000 défaillances de moins qu’en 2019. La tendance est néanmoins nettement à l’inflation et les derniers chiffres de l’année feraient craindre le pire ?

Retour sur l’étude publiée par Altares mi-janvier, et nos conseils pour éviter d’être pris par la vague…

 

L’étude montre que depuis plusieurs années, les liquidations judiciaires deviennent la norme. Exit le passage espéré de la cessation de paiement et une demande de redressement. Les situations des entreprises défaillantes sont telles qu’elles passent désormais directement par la case liquidation judiciaire.

 

« 31 257 liquidations judiciaires (LJ) ont été ouvertes (+47,9%) en 2022 et 8 879 (+44,8%) au cours du quatrième trimestre. Depuis 2020, les LJ concentrent les trois quarts des jugements prononcés contre les deux tiers avant Covid. »

 

LJ.PNG

 

La situation par secteur d’activité

Les activités B2C sont en première ligne sur le front des défauts, mais le B2B est aussi en tension

 

Construction : Le secteur de la construction, qui concentre le quart des faillites, repasse au-dessus des 10 000 défauts avec 10033 procédures ouvertes soit 33,6 % de plus qu’en 2021.

 

Commerce : Le commerce approche également 10 000 défauts (9 418), en hausse de 55,6 %. C’est dans le commerce de détail que les tendances sont les plus sévères.

 

Services : Dans les services aux entreprises (5554), la hausse est limitée à +32,3%. Dans les services aux particuliers, la fragilité est beaucoup plus marquée. Ils enregistrent 1 911 défaillances, en augmentation de 70,3 %.

 

Industrie : Dans le secteur de l’industrie, les défaillances d’entreprises augmentent rapidement (+68 %). En manufacture, l’imprimerie accuse la dégradation la plus forte (182 ; +65,5%).

 

Transports : Plus d’un millier (1079) de transporteurs de marchandises ont défailli (+60,8 %), soit seulement une centaine de moins qu’en 2019.

 

Restauration : 4434 établissements de restauration ont défailli en 2022, c’est 112,7% de plus qu’en 2021. Sur le dernier trimestre, le rythme ne faiblit pas (+108 %).

 

La situation par secteur géographique

La résistance des entreprises provençales et franciliennes ralentit la dégradation nationale.

 

Une défaillance sur trois se concentre en Provence-Alpes Côte-D’Azur et Ile-de-France. Dans ces deux régions, la hausse des procédures est contenue sous les 40 %, maintenant la tendance nationale sous la barre des +50 %.

 

En PACA, 4493 procédures ont été ouvertes soit une hausse de +37,9% sur un an.

Dans trois régions l’augmentation avoisine 50%. Bourgogne-Franche-Comté (+48,6 %), Grand-Est (+50,9%) et Pays-de-la-Loire (+51,9%).

 

Trois autres régions enregistrent des augmentations comprises entre +55 % et +60 %. Il s’agit de Centre Val-de-Loire (+55,3 %), Nouvelle-Aquitaine (+56,4 %) et Auvergne-Rhône-Alpes (+58,4 %).

 

Trois autres régions enregistrent des augmentations comprises entre +55 % et +60 %. Il s’agit de Centre Val-de-Loire (+55,3 %), Nouvelle-Aquitaine (+56,4 %) et Auvergne-Rhône-Alpes (+58,4 %).

 

Les Hauts-de-France ferment la marche avec un nombre de défaillances qui flambe de +77,1%.

 

Géographique.PNG

 

2022 est donc marquée par une hausse spectaculaire du nombre de faillites, ce qui était malgré tout attendu. Ce chiffre solde les 3 dernières années 2020 à 2022 avec un total de 103000 entreprises défaillantes, vs 162000 les 3 années précédentes (2017/2018/2019). Rien d’alarmant donc ? Sauf que la dynamique est plus forte qu’attendue.  Les entreprises en état de cessation de paiement restent actuellement très nombreuses. Entre inflation et crise énergétique, le climat se complique encore et les fonds propres sont mis à contribution.

 

Il est désormais essentiel en ce début d’année d’attacher une attention particulière à ses encours clients. Sommes-nous certains que nos factures seront toutes réglées ? Nos clients sont-ils aussi solides financièrement qu’espéré ? Le danger est bien présent : Laisser filer les délais de paiement et penser à tort que nos factures seront tôt ou tard réglées sans réagir…

 

Nos conseils donc :

 

  1. Privilégiez (toujours) la prévention dans vos relations commerciales : Acompte à la commande ? Enquête de solvabilité ? Clause de réserve de propriété ?...
  2. Marquez de près vos encours clients : Chargé de recouvrement dédié en interne ? Externalisation de la relance ?
  3. Rester ferme même avec vos clients historiques : appliquez des pénalités de retard (dues de plein droit pour rappel…) ?

 

Philippe BERNIS de DIRECT RECOUVREMENT



03/02/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2600 autres membres