Le Journal du Recouvrement

Le Journal du Recouvrement

Pros du recouvrement : tour d'horizon des pratiques du marché

Dans la rubrique Recouvrement : l'oeil des pros

 

tour d'horizon.png

Différents prestataires opèrent en recouvrement de créances. Tous n'ont pas le même modèle de rémunération ni de prise de risque. Conséquence : les façons de procéder peuvent grandement varier. Le point sur qui fait quoi sur le marché du recouvrement.

L'une des principales différences entre les acteurs du recouvrement réside dans le rachat - ou pas - de la créance. Les professionnels qui endossent les dettes prennent aussi plus de risques, facteur qui va impacter leurs pratiques. Pour les autres, rémunérés au résultat, la négociation avec le débiteur est privilégiée.

 

Les sociétés qui rachètent les créances civiles

Ces sociétés exercent souvent en partenariat avec des sociétés d'enquêtes civiles qui les assistent dans différentes recherches (domicile, employeur, entre autres) pour retrouver les débiteurs. Pour ces acteurs, l'échec dans le recouvrement n'a pas sa place, compte-tenu de la charge de la créance portée.

 

Ces sociétés, souvent appelées "chasseurs de dettes", n'hésitent pas à user de pratiques coercitives parfois contestables, à la limite de la loi tel le harcèlement.

 

Les sociétés qui rachètent les créances commerciales

Dans ce cas également, la créance est cédée. Ces cabinets étudient la qualité de la créance et font jouer la prise de risque qu'ils endossent pour racheter les factures à bas prix (30 à 50% du montant en jeu). C'est le cas en particulier avec des créanciers qui ont besoin de rentrées de cash immédiates, ou ceux qui font face à des débiteurs au bord du dépôt de bilan.

 

Ce modèle est en quelques sortes celui du dernier recours, quand il vaut mieux pour l'entreprise brader ses encours clients que risquer de les passer en pertes.

 

Les prestataires spécialisés dans l'outsourcing

Ces professionnels ne rachètent pas de créances mais prennent en charge la relance de toutes les factures d'un créancier. Leur prestation est particulièrement utile pour les entreprises qui manquent de ressource ou de compétence en interne dans la gestion du poste clients ou font face à des volumes importants de relances.

 

Véritable prolongement de la relation client, l'outsourcing nécessite une forte adaptabilité à l’environnement économique du créancier et à ses pratiques commerciales. Son seul inconvénient : il diminue les marges du créancier.

 

Les cabinets rémunérés au résultat

Là encore, aucune créance n'est rachetée. Les cabinets rémunérés au résultat perçoivent leurs honoraires uniquement sur encaissement, ce qui garantit une implication totale dans le recouvrement entrepris. Souvent engagés quand un contentieux apparaît, ces professionnels ont généralement une grande capacité de négociation et des connaissances en droit commercial pointues.

 

Philippe Bernis (Direct Recouvrement)



30/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2483 autres membres