Le Journal du Recouvrement

Le Journal du Recouvrement

Les défaillances d’entreprises enflent de nouveau

Dans la rubrique Actualité du crédit

 

 

en-nouvelle-aquitaine-les-defaillances-d-entreprises-etaient-tombees-pour-la-premiere-fois-depuis-2007-sous-le-seuil-des-5000-en-2016-15.jpg« Après huit trimestres consécutifs de baisse, la sinistralité des entreprises remonte cet été (…) Sur le seul territoire métropolitain, le nombre des défaillances d’entreprises augmente de 3,3% » déclare Thierry Million Directeur des études Altares. La société Altares, spécialiste de la data economy, présente son étude trimestrielle sur les défaillances et sauvegardes d’entreprises du 3e trimestre 2018. Chiffres secteur par secteur et analyse de cette étude :

 

Le troisième trimestre 2018 voit le nombre d’entreprises en état de cessation de paiement repartir à la hausse.  11 563 jugements d’ouverture de procédures collectives (+ 6,8 %) ont été prononcés par les tribunaux au cours de l’été 2018.

 

Tableau1.jpg

 

 

Les TPE constituant l’essentiel des défaillances (93%), cette augmentation des faillites et plus particulièrement des liquidations judiciaires n’ont que peu d’impact sur la perte d’emploi (-200 d’emplois perdus). Les liquidations judiciaires d’entreprises de + de 20 salariés diminuent en effet sur 1 an, passant de 89 au 3ème trimestre 2017 à 79 actuellement, soit 10 grosses entreprises qui évitent la menace de licenciements.

 

 

Tableau2.jpg

 

Par secteur

La construction avait enregistré un fort recul des défaillances d’entreprises un an plus tôt (-11%). Ce 3e trimestre 2018 stoppe le mouvement. La sinistralité remonte de 2,7% à 2757 procédures. Tous les corps de métier repassent dans le rouge ; La tendance est cependant plus marquée dans la construction de maisons individuelles.

 

Le commerce, deuxième poste de défaillances, stabilise sa sinistralité un peu au-dessus de 2500 procédures. Si le commerce d’habillement (-11%) et le soin de la personne & optique (-16%) sont bien orientés, la vente et réparation de véhicules dérape de 6%.

 

L’industrie est également sur une tendance stable (+1%) portée par la manufacture (-12%) tandis que l’industrie alimentaire évolue très défavorablement (+24%) lestée par les produits de boulangerie-pâtisserie (+28%)

 

Dans les services aux entreprises, la sinistralité peut sembler exploser avec un rythme de +30%. Cependant, il convient de nuancer cette évolution. En effet, la lecture du niveau des défaillances dans les services administratifs aux entreprises est brouillée, ce trimestre, par le jugement d’extension prononcé à la Réunion sur les 350 SNC dont l’activité est rattachée à la location – location bail. Corrigée de cette décision exceptionnelle, l’évolution des défaillances d’entreprises dans les services reste défavorable mais limitée à + 4%. Dans ce secteur, notons la bonne orientation des activités de conseil en communication et gestion (-23%) et les difficultés relevées dans la sécurité (+19%).

 

Dans le transport routier de marchandises le nombre de défaillances d’entreprises augmente rapidement (+17%) en particulier dans le fret interurbain. La sinistralité des taxis continue de battre des records avec 107 défaillances (+45%) ce 3e trimestre.

 

Le nombre de procédures collectives augmente sensiblement dans les services à destination du consommateur (+9%), dans la restauration rapide (+24%) ou les débits de boisson (+13%).

 

Dans les autres activités, la tendance est sévère pour les activités d’enseignement notamment de la conduite (+22%) et de formation continue d’adultes (+42%).

 

L’Agriculture est mal orientée (+8%) essentiellement dans la culture, qui avec 108 défaillances, enregistre son plus mauvais chiffre depuis 2014. 

 

 

Tableau3.jpg

 

Notre analyse

1er constat de cette augmentation du nombre de défaillances : la dégradation de l’emploi confirmée par l’annonce récente de la hausse du chômage.

 

Il est néanmoins probable que cette hausse du chômage est à chercher ailleurs. Les faillites des entreprises de + de 20 salariés, davantage représentatives de l'employabilité que les TPE, restent maîtrisées sur ce trimestre.

 

 2ème constat : les délais de paiement sont récemment repartis à la hausse, ce qui montre bien, si cela devait encore être justifié, que les comportements de paiement inter-entreprises ont un impact direct sur le nombre de défaillances.

 

Retrouvez le détail de cette étude sur le blog d’Altares https://blog.altares.com/publications-altares/  

 

 

Philippe Bernis (DIRECT RECOUVREMENT)

 



28/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2432 autres membres