Le Journal du Recouvrement

Le Journal du Recouvrement

Défaillances d’entreprises : l’embellie se confirme !

Dans la rubrique Actualité du crédit

 

Afficher l'image d'origine- 12 % : c’est la baisse du nombre d’entreprises en état de cessation de paiement sur T3 2016 par rapport à T3 2015. La tendance baissière qui se dessinait depuis mi 2015 se confirme donc voire s’accélère. Le seuil de 60000 dépôts de bilan, qui était la norme avant la crise de 2012 est enfin dans la ligne de mire. Chiffres secteur par secteur et analyse de cette étude publiée par Altarès :

 

 

Le troisième trimestre 2016 témoigne donc de l’accélération de la baisse des défaillances d’entreprises engagée depuis le début de l’année. 11 422 jugements d’ouverture de procédures collectives (- 12 %) ont été prononcés par les tribunaux au cours de l’été 2016. Précisément, à peine plus de 250 procédures de sauvegardes (- 23 %) ont été accordées, un nombre jamais tombé aussi bas depuis le dernier trimestre 2008.

 

Plus significatif encore de la moindre fragilité des entreprises, les cessations de paiement (RJ-LJ) reculent elles-aussi fortement (- 11 % pour les RJ et - 12 % pour les lJ) tombant à moins de 11200, un volume trimestriel au plus bas depuis l’été 2008.

 

 

https://static.blog4ever.com/2011/07/503265/Tableau-1.jpg

Par secteur

La construction concentre le quart des défaillances d’entreprises ; alors quand le bâtiment va mieux, l’horizon semble se dégager pour toute l’activité économique. Le nombre de jugements d’ouvertures recule de 15 % dans la construction (3012) et même 17 % dans le seul secteur du bâtiment (2545).

 

Le commerce est la deuxième composante des défaillances et concentre plus d’une procédure sur cinq (2590). les activités passent dans le vert cet été (- 9 %), mais insuffisamment pour inverser la tendance à neuf mois (+ 2 ).

 

L’industrie est encore bien orientée ce troisième trimestre (- 11 %) dans l’alimentaire (- 13 %) comme en manufacture (- 11 %). Outre les activités liées au bâtiment, la métallurgie-mécanique évolue également très favorablement (- 24 %) comme l’industrie de l’ameublement (- 30 %), faisant écho aux bons chiffres du commerce.

 

Les entreprises de services peuvent elles aussi souffler. La tendance est nette dans la plupart des secteurs mais encore hésitantes (- 1 %) en informatique et édition de logiciels, voire dérapent de + 53 % pour les taxis, confirmant (définitivement) que les offres de services digitalisés à moindre coût continuent de détruire des services plus traditionnels.

 

Ces chiffres fort encourageants échappent cependant à d’autres activités. C’est le cas de la santé humaine et de l’action sociale (+ 5 %), des activités récréatives (+ 8 %), principalement liées au sport, ou de l’enseignement ( + 5 %). La tendance sectorielle la plus lourde est observée dans l’agriculture où les défaillances sont encore en forte hausse sur trois mois ( + 8 ).

 

https://static.blog4ever.com/2011/07/503265/Tableau-2.jpg

 

Notre analyse

1ère conséquence de cette diminution du nombre de défaillances : le maintien de l’emploi confirmé par l’annonce récente de la baisse du chômage…

 

Les PME de plus de 50 salariés confirment le point bas de vulnérabilité qu’elles avaient déjà atteint durant l’été 2015 ; 71 ont défailli ce troisième trimestre, un nombre au plus bas depuis huit ans et deux fois inférieur à celui constaté durant l’été 2009. Cette moindre fragilité des entreprises, notamment des PME, favorise le maintien de l’emploi. Moins de 40 000 emplois (39 400) sont ainsi menacés, alors que la création d’entreprises et la meilleure santé financière des entreprises déjà en place créent de l’employabilité. La balance penche du bon côté !

 

2ème conséquence : la diminution du nombre de créances douteuses

 

Le nombre (astronomique) de 56 mds d’euros de créances impayées par an en moyenne en France devrait mécaniquement diminuer, améliorant d’autant les trésoreries des entreprises. Le cercle vertueux de la croissance est en marche ! Conjugué à la baisse des délais de paiement inter-entreprises qui a également été annoncée en septembre dernier, la baisse des créances douteuses améliore la qualité des balances clients des entreprises.

 

 

Philippe Bernis (Direct Recouvrement)

 



27/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2340 autres membres