Le Journal du Recouvrement

Le Journal du Recouvrement

17/06/15 : Retards de paiement : le malaise en chiffres

Dans la rubrique Actualité du crédit

 

malaise chiffres.jpgLes retards de paiement mettent à mort un quart des entreprises en faillite chaque année en France. Ce phénomène démarre souvent par le retard de paiement de grandes entreprises puis déclenche un effet domino : les entreprises de taille moyenne, elles-mêmes mal payées, répercutent le problème jusqu'aux plus petites structures. De fait, ces dernières jouent le rôle de banque pour leurs clients alors qu'elles n'en ont pas les capacités.


L'ampleur des dégâts en plusieurs chiffres révélateurs :


•    Deux tiers des entreprises tardent à payer leurs fournisseurs et sous-traitants
•    Ce retard dépasse de 13 jours en moyenne le délai légal fixé à 60 jours en France
•    Les 120 plus grandes sociétés ont déjà accumulé 4 milliards d’euros de retards de paiement sur le premier trimestre 2015. Une situation qui augure de la disparition pour défaut de trésorerie de 25% des TPE à la fin de l'année année.
•    10 à 13 milliards d'euros manquent à l'appel à la fin de chaque année dans les caisses des petites structures à cause de retards de paiement, ce d'après la médiation nationale interentreprises.

Les retards de paiement font donc figure de sport national et tiennent en grande partie à de mauvaises habitudes. Une des solutions pour corriger le tir - et donc booster les entreprises et l’économie - consiste purement et simplement à les combattre.


Des actions immédiates


Des actions peuvent être mises en place rapidement pour améliorer les délais d’encaissement - plutôt que d'attendre de nouvelles aides de l’état pour financer la croissance ou de nouvelles lois durcissant les conditions de paiement :

•    Discuter en amont avec son client des délais de paiement et les faire accepter dans le bon de commande : les conditions de paiement doivent faire partie de la négociation !

•    Suivre ses encours clients au plus près, ne pas hésiter à relancer avant l’échéance pour obtenir un engagement de paiement.

•    Si la retenue est « abusive », présenter la note des pénalités de retard à son client (40 € indemnité complémentaire par facture et intérêts de retard). De quoi convaincre le client à prendre au sérieux les relances des prochaines factures.

Un dernier chiffre confirme l'intérêt de prendre le problème des retards de paiement à bras de corps : d'après le médiateur national et deux chercheurs indépendants, si tout le monde payait selon la loi, il y aurait 100 000 emplois nouveaux dans les PME.

 

Philippe Bernis (Direct Recouvrement)

 


En complément :


La croissance dépend de la baisse des retards de paiement

et

La médiation interentreprises : alternative efficace pour faire respecter les délais de paiement ?



17/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2340 autres membres